Construction du bras oscillant directionnel : 2ème partie

Comme nous l’avons évoqué précédemment, c’est la roue arrière qui est directrice. Lorsque celle-ci pivote sur son axe de rotation, le moteur doit nécessairement l’accompagner dans son mouvement afin d’assurer la transmission par chaine. C’est la raison pour laquelle nous devons assembler le support du moteur sur la fourche elle-même. Pour ce faire, nous avons fait appel à Xavier, soudeur professionnel, que nous remercions particulièrement pour son aide précieuse et sa disponibilité.
Afin de rendre le support le plus léger possible tout en assurant une bonne rigidité d’ensemble, nous avons choisi d’utiliser des tubes carrés en acier de petite section.
La fixation du moteur sur son support se fait par assemblage vissé avec quatre points d’attache pour permettre la reprise des efforts exercés par la chaîne.

Comme vous pouvez le constater, le moteur est légèrement incliné vers l’avant du véhicule. Cela permet de pouvoir le placer le plus près possible sous le dossier du pilote afin de ne pas interférer avec la carrosserie.
Pour faciliter le montage du support, l’inclinaison du moteur est de la même valeur que l’angle de chasse appliqué à la fourche, soit 18°.
Freinage
Le règlement du Shell Eco-Marathon implique que le véhicule soit équipé de deux dispositifs de freinage indépendants. Dans notre cas, un des dispositifs doit agir sur les deux roues avant, et l’autre sur la roue arrière.
Lors du contrôle technique, l’efficacité de chacun de ces deux mécanismes sera éprouvée. Pour ce faire, le véhicule sera placé sur un plan incliné dont la pente est de 20%. Les freins seront actionnés tour à tour : dans les deux cas, le véhicule devra rester parfaitement immobile.
En accord avec ce règlement et pour une question de poids et de performance, nous avons choisi d’appliquer le système de freinage du type vélo à patins (système V-brake) sur la roue arrière. Les freins avant étant à disque, afin de minimiser la surface frontale.
Tension de la chaine
Des tendeurs de chaîne sont utilisés pour un ajustement facile, et efficace de la chaîne. Plus la tension appliquée est importante et moins il y a de frottements occasionnés sur les pignons par des « remous » incessant de la chaîne lors du fonctionnement du moteur.
La tension appliquée se règle à l’aide d’un écrou. En cas de besoin, nous pouvons donc facilement désolidariser la chaîne de ses pignons grâce à ce dispositif.

Cet article a été publié dans Technique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s