Le système embarqué est bien né !

Le test du système embarqué d’acquisition de données à Rotterdam s’est avéré concluant. Le module informatique est donc bien né et est maintenant prêt pour le futur.
Le travail à Rotterdam fût néanmoins conséquent suite à divers problèmes de parasites électromagnétiques engendrés par le moteur et le klaxon. L’équipe informatique s’est alors démenée corps et âme afin de régler ce problème dans les plus brefs délais.
Le blindage des câbles venant des capteurs ainsi que le filtrage des signaux reçus ont permis de régler ces problèmes.
Le système informatique central est donc maintenant au point. Ses capacités étant largement supérieures à celles utilisées, il sera capable dans le futur d’acquérir des nouvelles informations provenant de capteurs ou de systèmes informatiques décentralisés si besoin.

 

 

 

 

 

 

 

Voici quelques caractéristiques de ce système :

  • Système embarqué sur µc Atmel ARM9.
  • Système d’exploitation GNU/Linux.
  • Conception temps réel avec le noyau Xenomai.
  • Acquisition de la vitesse et des coordonnées GPS.
  • Aide au pilote via un afficheur OLED :
    • Vitesse moyenne.
    • Vitesse instantanée.
    • Détection des différents secteurs et affichage des consignes de vitesse.

En plus de l’aide au pilotage, le but de l’implantation d’un tel système est d’analyser les données de course pour améliorer la stratégie.
L’utilisation d’une application PC développé avec QT nous a permis de :

  • Afficher le « mapping » du circuit.
  • Représenter et analyser visuellement les courbes de vitesse et d’accélération.
  • Délimiter le circuit en secteurs afin d’y fixer des consignes de vitesse.

 

 

 

 

 

 

 

Le lien entre le « mapping » du circuit et les courbes nous a permis de savoir la vitesse réelle du prototype à n’importe quel endroit du circuit.
La délimitation du circuit en secteurs n’a pas été éprouvée à Rotterdam car le circuit ne s’y prêtait pas. Cette option permet de configurer le module embarqué afin qu’il indique automatiquement au pilote les consignes de vitesse demandées sur le secteur de piste présent. Concrètement, le module sait en permanence sur quel secteur de piste il se trouve et les consignes associées à ce secteur.
Nous espérons tester plus précisément cette option à Rochefort lors de la prochaine épreuve.

Quelques évolutions peuvent déjà être envisagées :

  • Acquisition temps réel des paramètres du moteur afin notamment de calculer sa consommation ponctuelle.
  • Acquisition de la force et de la direction du vent.
  • Acquisition du dénivelé de la piste.

Un grand bravo à Etienne et à Jean-Benoît pour le travail réalisé mais également pour leur réaction face aux imprévus de la compétition.

Cet article a été publié dans Technique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s